Nouvelle discussionNouveau message Derniers messages Recherche forum
Un seul message     - Challenger neuf sur chassis Ford : un enchantement, que du bonheur de 0 à plus de 10.000 km [5320]
Davidf92
07-09-2018 à 21h27
Bonjour à tous,

Cet été nous avons commencé fort avec déjà 11.500 km sur le Challenger 260 neuf dont nous avons pris possession mi-juin. Au programme, tour complet de la Scandinavie jusqu'au Cap Nord (9.000 km), quelques voyages de randonnée dans les Alpes et la Drôme ainsi que des tours d'observation ornithologique.

Nous avons choisi le porteur Ford en 3t5 avec la motorisation 170 CV + boîte automatique. Un peu plus cher à l'achat mais sans le moindre regret vu d'aujourd'hui. Inutile de le cacher, après les hésitations du début je déborde maintenant de louanges.

Côté moteur, c'est surtout le couple phénoménal qui fait la différence. La montée des cols en 4° ou 5° rapport (sur 6) à 1.700-1.800 tr/mn, on adore. Le régime modéré limite la consommation et surtout le bruit moteur. De même sur autoroute, alors que nous avons circulé au max des 3t5, il fallait vraiment des côtes raides (genre passage du morvan sur la A6) pour obliger à rétrograder. Sur route, les dépassements se font sans hésitation. Et heureusement car en Norvège, milliers de km remplis de camions sur une seule file.

Côté boîte de vitesse, c'est encore mieux. Il faut préciser que c'est une boîte hydraulique à 6 rapports, commande électronique adaptative, boutons de passage forcé de rapports + et - en mode D et mode manuel complet. Beaucoup de souplesse, bien mieux que de nombreuses voitures récentes que nous avons conduites (location) à boîte mécanique pilotée. Le passage des rapports adaptatif est bien sensible, de même que des fonctions comme l'excellent maintien du rapport en frein moteur contrôlé avec la reprise d'accélération. Il est aussi très aisé de commander finement à l'accélérateur le moment du rétrogradage. Pour compléter, la boîte rétrograde seule en ralentissement et cela se modifie suivant le style de conduite. Au contraire, en accélération modérée la boîte monte rapidement jusqu'au 6° rapport bien avant d'atteindre les 2.000 tours sur les rapports intermédiaires, plutôt 1.800. Le couple fait tout son effet, le bruit reste très limité et le confort important. Tout cela en gardant le rythme des voitures environnantes.

Toujours sur la boîte automatique, ce qui nous a le plus ébahi et mérite 5 étoiles, c'est le mode manuel et la capacité de la boîte à enchaîner rapidement le changement de plusieurs rapports. La situation classique est l'arrivée sur virage serré, sur une épingle à cheveux en montagne, ou des animaux sur la route (beaucoup de rennes dans le nord). Sur du plat en 6° à 90, approche rapide d'un virage serré, passage coup sur coup en 5°, 4° voire 3° en 1 seconde par rapport, 2 secondes en prenant son temps. Arrivée en descente sur une épingle, en 4° en frein moteur, freinage fort et passage rapide 3°, 2°, et ça tourne tout seul. En montée, besoin de garder du régime en abordant une épingle, idem. J'ai trouvé ça phénoménal, impossible de faire aussi bien avec une boîte manuelle.
De manière générale j'utilise ponctuellement les poussoirs pour passer les rapports en + ou -, et sur des sections plus exigeantes je reste entièrement en mode manuel pour passer les rapports exactement quand je le veux et éviter que la boîte passe au rapport supérieur alors que je veux garder du régime pour anticiper ce qui vient. Grâce à la commande excellente ça marche à merveille.

Enfin, le chassis. Autant le dire, la tenue de route est au rendez-vous, et ce n'est pas l'ajout des suspensions pneumatiques qui a fait les choses. Pour être clair nous avons fait les 2/3 de ce kilométrage sur petites routes. En Finlande et sud-est de la Suède c'est plutôt du tout droit mais au contraire très tournant en Norvège, et même en profitant du paysage il n'était pas question de perdre du temps. Donc nous avons un peu poussé dans nos étapes de liaison.
Au niveau du confort, difficile à dire car nous avons peu de points de comparaison. Mais je dirais que nous n'avons trouvé aucun inconfort et en particulier rien de désagréable au niveau suspension (rebondissements, trépidations, butées, louvoiement). Seule chose évidemment, les ralentisseurs se passent quasiment à l'arrêt, et plusieurs fois sur de belles bosses à bonne vitesse, tout s'est envolé dans les placards. Mais c'était de la faute de conduite, pas du chassis.

Au niveau de la stabilité, je m'attendais à beaucoup plus de roulis dans les courbes, ça a été une bonne surprise. Mais là il est clair que le gonflage des suspensions pneumatiques à joué un grand rôle car je gonflais fort sur les petites routes tournantes. Mais la base est très bonne quand même. Le plus délicat est naturellement la sensibilité au vent latéral. De même le dépassement des camions sur autoroute nécessite de bien prendre le coup pour éviter de se faire envoyer à gauche puis retour à droite. Ca vient assez vite. Enfin, bonne stabilité dans l'axe, en particulier l'avant ne plonge pas sur un freinage fort.

Du côté des évolutions, pour résumer ce qui m'a paru essentiel, les changements d'appui et la mise en virage sont francs et très sains, il y a une nette tendance au sous-virage qui peut être dangereuse sur une courbe abordée trop vite, mais a contrario une mise en appui nette à l'entrée permet de trouver un équilibre que je n'espérais pas. Nous avons eu beaucoup de mauvaises routes, revêtements dégradés, terre ou graviers sur le bitume ainsi que des routes humides, et dans tous les cas, à moins d'une imprudence, les débuts de dérive commencent par l'arrière sans prendre au dépourvu et si ça part c'est avec un bon équilibre avant-arrière et facile à maîtriser. Pour finir, le freinage est puissant même à charge maximale, l'ABS est plutôt doux avec peu de vibrations dans le volant et le camping-car reste parfaitement en ligne.

Au niveau pneus, je suis totalement ignorant du sujet sur camping-car. La pression conseillée est 3,5 av / 4,5 AR, mais au bout de 5.000 km j'ai légèrement surgonflé à 3,7 / 4,7 pour user un peu moins les bords de la bande de roulement. Ca allait mieux. Vu l'usure à 11.600 km j'imagine que nous sommes partis pour 50 à 60.000 avant le premier changement.

Toujours sur le confort, bien qu'étant deux nous avons tour à tour essayé les places en cellule. La principale remarque est que sur autoroute vers 110-115 km/h l'arrière est vraiment bruyant par rapport à la cabine, mais peut-être est-ce amplifié par l'intérieur assez dépouillé. Une bonne moquette permettra peut-être atténuer ce défaut. Sinon sur route à 90 ça va bien mieux.

En quittant le bitume, nous avons été très prudents sur les chemins caillouteux car la garde au sol du train arrière est plus que limitée par un essieu rigide très bas. Ce n'est pas un Alko ! Mais en étant prudents avec les ornières il ne nous a pas fait de mauvaise surprise. Et pourtant nous allons chaque soir chercher un chemin ou un champ pour passer la nuit, et en un peu plus de 2 mois nous n'avons dormi que deux fois sur des parkings.
Une fois cependant nous n'avons pas pu monter une crête sur un chemin très caillouteux. Et là, dès qu'une roue avant perd son adhérence, elle décroche immédiatement et même violemment. A la limite on part de travers au risque de sortir du chemin, et gare s'il y a du dévers. Il faut dire que la charge max sur le train arrière n'aide pas l'avant. Par la suite nous avons très prudemment évité de nous engager dans des descentes que nous n'étions pas sûrs de pouvoir remonter. Sur l'herbe mouillée ou du terrain mou (bords de champs) au contraire nous avons été très surpris d'une bonne adhérence, en particulier une fois ou nous avons été imprudents en ne mettant pas de plaques sous les roues la nuit.
Je pens que d'ici l'année prochaine nous chercherons des pneus un peu plus mixtes pour plus d'adhérence hors route. Mais restons raisonnables, ce n'est pas un 4x4. Ce sera pour le prochain.

Dernier point, qui est en fait un point d'interrogation, la robustesse de l'ensemble. Est-ce que la mécanique moteur tient, quid de la boîte automatique avec un usage pas vraiment ronronnant, et les trains roulants, la direction, les rotules ? Nous verrons bien. Ca n'est pas notre genre de nous restreindre de peur de casser quelque chose, nous préférons au contraire voir ce qui tient. Donc à suivre.

OOps j'ai failli oublier : consommation moyenne 11.6 l/100 sur 11.000 km, comme vous l'avez compris en usage vraiment mixte autoroute / route de plaine / montagne. Mais en fait ça a évolué : sur les premiers 2.000 km rapides avec beaucoup d'autoroute nous étions au-dessus de 12,5 l/100, alors que sur la fin ces dernières semaines ça ne dépassait pas 12 sauf fort vent de face mais plutôt 11,8. Sur route entre 11,2 et 11,4 suivant la vitesse et les conditions. Et même à bon rythme en montagne la moyenne n'augmente pas beaucoup. Après ces 10.000 km je pense que la consommation moyenne a baissé d'environ 0,5 l/100 par rapport au véhicule neuf. Avez-vous des commentaires là-dessus ?

Bon, il faut bien trouver un défaut : le réservoir de lave-glace fait 4,7 litres alors que tous les bidons en font 5. Et merde pour le bidon presque vide que l'on garde dans les pattes dans la soute arrière.

Bonne route à tous,
David & Dominique

David, 56 msg, 51 ans. Hauts-de-seine (FR-92). Profilé Challenger 260 2018 sur Ford 170cv BVA, 13.000 km.
Alerter [47158]

Message modifié le 2018-09-07 22:15:57 par Davidf92.
Un seul message     - Challenger neuf sur chassis Ford : un enchantement, que du bonheur de 0 à plus de 10.000 km - Lu 55 fois. [5320]
retour en haut de page Messages récents
répondre dans cette discussion